Un autre accident

La catastrophe de 1911 même si elle est la seule à avoir fait autant de victime, n’est pas l’unique grave accident recensé à Courville. On ne citera pas les quelques déraillements sans lourdes conséquences dont celui il n’y a pas si longtemps d’un train de marchandise le 17 novembre 2009.
On ne peut en revanche pas oublier le déraillement de 1956 qui fort de son côté spectaculaire n’a heureusement fait
aucune victime.


Déraillement de 1956
Dans la nuit du 13 au 14 décembre 1956, la ville de Courville-sur-Eure a donc été le siège d’un autre accident
spectaculaire. En effet, un train de matériel W 570 venant du Mans et se dirigeant vers Paris traverse Courville, lorsqu’une voiture du convoi déraille à la sortie de la gare, vraisemblablement par suite d’une rupture de bandage. Ce wagon continue à rouler en s’engageant sur la voie 1. Poursuivant sa course, il entre en collision, quelques centaines de mètres plus loin, avec un
train de messagerie tracté par une locomotive de type 2 D 2 N° 5413. Cet affrontement provoque le déraillement et le
renversement de plusieurs voitures de ce train. Il s’agissait de voitures de type « réseau Est » à portières latérales. Ces wagons étaient aussi appelés type « TP », car elles furent livrées, dans les années 1920, à l’initiative du Ministère des Travaux Publics, alors dirigés par Aristide Briand (du 16 janvier 1921 au 15 janvier 1922). Ces wagons, dotés d’un bon roulement et relativement confortables, étaient constitués de caisses en bois tôlé, ce qui les rendait très vulnérable en cas de choc.
La modernisation de ces voitures et leur remplacement par des wagons à caisse métallique avait été entrepris précédemment.
Le déraillement qui s’est produit à la gare de Courville a eu pour effet d’accélérer ce programme de modernisation, qui s’est terminé en 1959.

Le film de l'accident